Ta mort à moi – David Goudreault

David Goudreault est poète, romancier, chroniqueur, travailleur social, slammeur et j’en passe. Son incroyable habileté à jouer avec les mots transforme tout ce qu’il touche en succès. Lauréat de nombreux prix tant au Québec qu’à l’étranger, d’abord pour sa poésie puis plus récemment pour ses œuvres littéraires, j’avais le désir depuis longtemps de découvrir ses livres. Seulement, sa trilogie La Bête, tant vantée mais colossale, m’intimidait.

C’est donc avec son dernier livre, Ta mort à moi, que j’ai plongé dans son univers. Et quel saut! C’est d’une originalité telle que tenter d’en faire un résumé relève de l’exploit. Voici donc, en toute humilité, mon petit compte rendu.

L’histoire est en fait bâtie comme un document de travail – celui d’un auteur qui n’est identifié qu’à la toute fin – servant de base d’écriture à la biographie d’une poète célèbre, Marie-Maude Pranesh Lopez, morte dans des circonstances tragiques. Cet auteur, qui est aussi le narrateur, nous ramène en arrière à travers des articles de journaux, des notes d’entrevues mais surtout, par des extraits du journal intime de Marie-Maude, et nous fait revivre sa vie au destin rocambolesque.

Marquée dès sa naissance par un visage spectaculairement laid mais dotée d’une intelligence remarquable, Marie-Maude peine à faire sa place tant dans sa famille, où elle vit dans l’ombre de son frère jumeau malade mais si attachant, qu’à l’école où elle est soit tyrannisée ou pire, complètement ignorée. Trouvant refuge dans la poésie, elle publiera un recueil mythique, faisant d’elle une véritable star mondiale. Mais son passé la hante constamment. Pour tenter d’y échapper, elle fuira à l’étranger, intégrera un groupe mafieux qui la mènera dans une geôle au Laos pour finalement, après de nombreux détours, revenir à Montréal et devenir propriétaire d’une maison accueillant des locataires des plus excentriques.

Les thèmes abordés dans cette œuvre sont nombreux, originaux et traités d’une façon tout à fait unique. On sent le poète qui n’est jamais loin derrière, par la force et la richesse des textes. On sent aussi le slammeur par moments, par le rythme unique donné aux répliques. Personnellement, je ne me suis pas tant attachée au personnage de Marie-Maude, mais ce qui a maintenu mon intérêt était justement de savoir jusqu’où Goudreault voulait nous amener avec cette histoire, découvrir son message. Et je n’ai pas été déçue, car c’est dans les toutes dernières pages qu’on réalise l’exploit qu’accomplit ce livre, quand finalement les fils se rattachent et que Marie-Maude nous apparaît dans toute sa complexité mais aussi dans toute sa beauté.

Un roman qui ne ressemble en rien à ce que j’ai lu auparavant et qui foisonne de sujets à explorer. Livre tout indiqué pour un club de lecture.

Ajouté à la catégorie Excentricités, curiosités et autres lectures inusitées.

Vos commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Cette section vous appartient – j’y rapporterai vos suggestions, vos commentaires et toute autre information pertinente aux trippeuses de livres qui viennent s’inspirer dans ce site. Ainsi, il nous permettra de faire évoluer la plateforme et de la rendre plus riche, plus
vivante et surtout, plus inspirante.